PROJET : renaissance d’une façade

Proposition pour les journées du 20 et 21 Septembre



Projet à conduire et poursuivre sur d’autres journées à partir d’un intérieur ou un extérieur d’« édifice ».… .

IMPORTANT :
Projet proposé par Véronique MARCISET plasticienne en collaboration étroite avec la Direction du Patrimoine de la Collectivité Territoriale de CORSE.


  • Descriptif
Pendant le week-end des journées du patrimoine, un atelier artistique sur le thème de la cathédrale d’Ajaccio sera proposé au public.
Il s’agira d’ateliers dont les propositions s’adressent à des personnes de tous âges, et qui permettront de mener un projet sur 1h30 seul ou en famille, selon l’humeur et les dispositions de chacun.

Le projet portera plus particulièrement sur la façade de la cathédrale.
Im s’agira e effet de s’approprier un détail de cette façon en le transformant à l’aide du matériel mis à disposition, puis de réinscrire ce détail dans un ensemble afin d’apporter en quelque sorte « sa pierre à l ‘édifice » pour reconstruire (avec tous les morceaux de façades réinventés) une autre vision de la cathédrale.


  • Déroulement des ateliers
6 ateliers de 2 heures peuvent être programmés sur 2 journées :
10h à 12h ; 14h à16h ; 16h30 à 18h30.
Capacité d’accueil par atelier : 12 personnes
Un système d’inscriptions à ces ateliers programmés pourrait être mis en place.

Chaque atelier se déroule globalement de la même façon, sachant toutefois que les expériences des premiers nourriront les productions des suivants et les consignes évolueront en fonction des réponses apportées aux propositions initiales.
Le projet est le suivant : l’atelier pourra débuter sur une présentation de l’édifice (caractéristiques, contexte historique, documentation).
Une très grande photocopie (dimensions :168X105cm) N/B de la façade est proposée en affichage sur un mur. Cette photocopie est prédécoupée en cases (pas nécessairement égales), et chaque participant (ou petit groupe) choisit et retire du mur son morceau de façade. A plat sur une table ;, ce détail devient un point de départ abstrait, une base qu’il va falloir colorer, décorer, alimenter de toutes sortes d’ajouts à ponctionner dans le matériel proposé.

Matériel proposé : des papiers autocollants ou à coller illustrant des matières (bois, eau, herbes, pierre…), des photocopies ou images de magazines illustrant des mrceaux d’architectures diverses de toutes époques à découper, recadrer (piliers, fenêtres, portes, bas reliefs…). A cela s’ajoute du matériel de base : colle, feutres, Poscas (feutres peinture), papiers divers (colorés, transparents, brillants…), ciseaux, crayons : autant de pistes pour investir son format.

En fin d’atelier, tous les morceaux sont réinstallés au mur de façon à reconstituer la grande façade qui aura très certainement chargé d’apparence.
Pour finir, chaque participant est pris en photo devant l’œuvre finale, et toutes les façades géantes pourront faire l’objet d’une exposition dans un lieu public accompagnées des photos.
Ces photos pourront être tirées en 12 exemplaires : 1pour chaque participant (à venir retirer à l’accueil dans la semaine) et une conservée par la CTC.


  • Objectifs artistiques
Un atelier qui se présente sous un angle ludique permet à chacun d’enter sans trop d’inhibitions dans le processus créatif, et c’est là mon premier objectif : faire en sorte que le propos « séduise » ou du moins permette à tous âges d’y adhérer sans qu’il soit nécessaire d ‘avoir une pratique artistique préalable.
En cela le détournement d’images est un support idéal, puisque la feuille n’est pas blanche, et les papiers à coller proposent eux aussi déjà des motifs ; il est alors plus aisé de laisser libre cours à sa créativité en détournant l’existant sans se soucier du problème de la représentation en dessin.
Afin de faciliter encore l’abord, le projet peut être réalisé à plusieurs mains, et d’expérience, les adultes entraînés dans l’aventure par les enfants se laissent facilement ^rende au jeu de la collaboration ; les compétences s’échangent et s’additionnent au profit d’un objectif commun : l’œuvre.
Ainsi, tout en permettant de (re) découvrir une architecture à ce poit inscrite dans notre paysage urbain que l’on finit par ne plus voir, cet atelier permet en oure aux participants de s’approprier une partie de leur patrimoine et de l’histoire de leur cité en le liant à un souvenir affectif : la photo d’un moment privilégié.



Recherche - Ricerca

Urganigrammu di i servizii






NOUVEAU