eNest | Le nichoir connecté

Pourquoi les oiseaux disparaissent de nos campagnes ?



eNest | Le nichoir connecté
Où les oiseaux des champs sont-ils passés? Une étude scientifique fait état d'une raréfaction inquiétante des populations d'oiseaux vivant en zone agricole depuis une quinzaine d'années. Le CNRS pointe du doigt l'agriculture intensive , notamment le recours massif aux pesticides.
Par Hélène Pédech Publié le 20/03/2018

"Nos campagnes sont en train de devenir de véritables déserts."


Depuis 1989, à l'initiative du Muséum national d'histoire naturelle, plusieurs centaines d'ornithologues bénévoles recensent les oiseaux qu'ils voient et entendent au petit matin dans les aires de 4 kilomètres carrés situés en ville, en forêt ou à la campagne. "Alouette des champs, hirondelle de fenêtre, mésange noire, pigeon ramier... 175 espèces d'oiseaux communs sont inventoriés dans tous les milieux." C'est le programme STOC (Suivi temporel des oiseaux communs).

Selon l'étude STOC et celle menée en parallèle par le CNRS, "les oiseaux des campagnes françaises disparaissent à une vitesse vertigineuse (...). En moyenne, leurs populations se sont réduites d'un tiers en quinze ans."

Victimes des insecticides néonicotinoïdes


Selon les chercheurs, ce déclin est directement lié à l'intensification des pratiques agricoles de ces vingt-cinq dernières années, "une période qui correspond entre autres, à la fin des jachères imposées par la politique agricole commune, à la flambée des cours du blé, à la reprise du suramendement au nitrate permettant d'avoir du blé surprotéiné et à la généralisation des néonicotinoïdes". Ces néonicotinoïdes, dont fait partie le Gaucho, sont des neurotoxiques accusés de provoquer la disparition, en autres, des abeilles et, plus généralement, des insectes, dont se nourrissent les oisillons.
Et le constat est le même partout. Deux études récentes ont révélé que l’Allemagne et l’Europe auraient perdu 80 % d’insectes volants et 421 millions d’oiseaux en trente ans.

Moins de plantes et de graines


"Il y a moins d'insectes mais il y a aussi moins de plantes sauvages et moins de graines, qui sont une source nutritive majeure pour de nombreuses espèces", note Frédéric Jiguet, professeur de biologie de la conservation. Que les oiseaux se portent mal indique que c'est l'ensemble de la chaîne [alimentaire] qui se porte mal."

Autrement dit, c'est aujourd'hui toute la biodiversité qui est menacée. Les oiseaux sont des indicateurs.
Mais il faut bien comprendre que ce qui n'est pas bon pour les oiseaux ne l'est pas non plus pour nous
".

Le déclin peut encore s'inverser


"Pour autant, le déclin reste réversible", assure optimiste Alain Buet de l'Osur à Rennes 1. "C'est vraiment lié à des politiques publiques. On peut encore replanter des haies, diminuer l'usage des pesticides. Il peut y avoir des recolonisations d'oiseaux. Mais il y a urgence!"

Lien vers le site du projet eNest | Nichoir connecté (en construction), ici

Rédigé par Xavier Casciani le Samedi 1 Juin 2019 à 19:16 | Lu 865 fois

L'actualité | Présentation | CESC | Vie des disciplines | DNB | Espace parents | Espace élèves | CDI | Ateliers | Partenaires | Nous contacter | Voyages | Rentrée 2016/Riintrata 2016 | Revue de presse | Orientation | Sorties | DNB (Diplôme National du Brevet) | EPI | Service médicale | Services | Numérique | Arts plastiques | Ateliers | Développement Durable | 9ème Art